[]
  • Tél: +226 71 35 57 60
  • 01 BP 1330 Ouagadougou - Burkina Faso
  • Courriel : sogob-bf@yahoo.fr


Toilettes publiques : le danger n’est pas là où on le croit


Se rendre dans les toilettes publiques n’est pas toujours une partie de plaisir, si bien que certaines personnes se retiennent par peur d’attraper une infection urinaire.

L’utilisation des toilettes publiques peut-elle être dangereuse pour notre santé ?

Faut croire que oui, mais le danger n’est pas forcément là où on le pense selon le Dr François Xavier Kaboré, gynécologue obstétricien au CHU Yalgado Ouédraogo !

Dr François Xavier Kaboré, gynécologue obstétricien au CHU Yalgado Ouédraogo

Le risque est là, mais les gens exagèrent par rapport aux dangers qui peuvent survenir. L’homme est porteur de multiples microbes qu’il va évacuer au cours de la défécation ou lors de l’utilisation des toilettes publiques. Heureusement que sa peau constitue une barrière pour protéger contre les différents germes. Le principal risque de l’utilisation des toilettes publiques chez l’homme, ce sont les gastro entérites, c’est-à-dire des infections intestinales caractérisées par des vomissements et parfois des diarrhées.

Quand les gens partent pour se soulager, ils ne remettent pas immédiatement le couvercle après avoir tiré la chasse d’eau. Donc les germes ont le temps de s’évaporer au sein des toilettes et peuvent aller se fixer soit au niveau des sièges des toilettes où les portes où les sèches mains. Tous ces matériels seront des réservoirs des germes. Et ce sont ces virus qui vont provoquer ces gastro entérites. Mais cela ne se produit pas immédiatement. Cela se produit lorsque vous quittez les toilettes sans laver vos mains. Dans ce cas, les mains sont souillées et la transmission sera oro-pharingé. Quand vous partez manger, les mains vont souiller les aliments, ou bien si vous partez immédiatement pour mettre quelque chose dans la bouche par l’intermise de votre main, les germes qui y sont déposés vont coloniser le tube digestif et provoquer la gastro entérite.

Et dans les maquis ?

Pour les maquis, le risque est à part. Dans les maquis, les gens se soulagent partout, donc le risque de transmission est très élevé. La plupart des clients sont souvent sous la dépendance de l’alcool. Après avoir fini d’uriner, ils n’ont pas le temps de laver les mains et repartent continuer à boire. Ils vont souiller immédiatement leur verre et ingérer des germes. Toute chose qui peut entraîner des antéro bactéries qui peuvent coloniser et entraîner des infections.

Y a-t-il des risques de contracter une infection sexuellement transmissible ?

C’est une hantise, mais aucune étude scientifique n’a démontré qu’à travers les toilettes publiques, on peut contracter une infection sexuellement transmissible. Même si le risque existe, il sera d’autant plus faible parce qu’avec les moyens de défense que l’organisme possède, c’est difficile de contracter les IST à travers les toilettes publiques. Mais le risque fondamental ce sont les gastro entérites qui peuvent aller jusqu’à 54% des cas.

Quelles sont les précautions à prendre ?

La principale précaution, c’est de laver immédiatement les mains avant de sortir des toilettes publiques et d’éviter d’utiliser les mains nues pour tirer les chasses d’eau. Si possible, les protéger avec les papiers hygiéniques parce que c’est la manipulation directe avec les germes qui est risquée.


429 vues

Un commentaire sur " Toilettes publiques : le danger n’est pas là où on le croit " ?
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

figure
figure