• Tél: +226 71 35 57 60
  • 01 BP 1330 Ouagadougou - Burkina Faso
  • Courriel : sogob-bf@yahoo.fr


Santé : Tout savoir sur l’infertilité masculine

L’infertilité est un problème majeur qui touche la majorité des couples. Si la femme est toujours pointée du doigt quand le couple n’arrive pas à concevoir, il faut savoir que l’homme aussi a sa part de responsabilité. La preuve, les études ont démontré que dans 30% des cas, c’est la femme qui en est cause, 30% c’est l’homme, 30% des cas ce sont les deux et dans pratiquement 10% la cause est inconnue. Tout savoir sur l’infertilité masculine avec le Professeur Der Adolphe Somé, gynécologue obstétricien, Chef du service de médecine de la reproduction à l’hôpital Sourou Sanou de Bobo Dioulasso.

Azoospermie

Professeur Der Adolphe Somé

C’est l’absence totale de spermatozoïdes quand on examine le sperme au laboratoire. Normalement il faut trois examens successifs espacés de deux mois et demi (74jours) et si on a le même résultat, on parle d’azoospermie.
Quand on dit qu’un homme est azoosperme, cela veut dire qu’il y a zéro spermatozoïde dans son liquide. Il peut avoir une activité sexuelle normale, il éjacule, mais aucun spermatozoïde n’existe dans son liquide.

Quelles peuvent être les causes ?

Pour comprendre les causes, il faut savoir d’où viennent les spermatozoïdes et d’où vient le sperme :
- les spermatozoïdes sont fabriqués dans la chair du ou des testicules (qui est l’équivalent de l’ovaire chez la femme), puis ils sont transportés loin, loin, loin, sur près de 7 mètres pour aller se mélanger avec le sperme et sortir lors de l’éjaculation. Il faut 74 jours pour fabriquer un bon spermatozïde.

- Le sperme lui, est un liquide fabriqué surtout par la prostate (qui est l’équivalent de l’utérus chez la femme). Mais 2 petits organes appelés vésicules séminales y ajoutent aussi quelques gouttes de leur sécrétion et c’est ça qui donne l’odeur ou le goût piquant du sperme.
Revenant à votre question, il faut savoir qu’en cas d’azoospermie ou absence de spermatozoïdes dans le sperme, il y a deux possibilités, il y a deux cas :
- premier cas,

la fabrication des spermatozoïdes a lieu normalement, mais il n’y a pas de porte de sortie pour aller se mélanger au sperme. Ou bien une fois sortis des testicules, le chemin suivi pour aller jusqu’au sperme est entre temps fermé, ou trop rétréci pour qu’ils puissent passer. Il y a donc production de spermatozoïdes, mais la route pour qu’ils aillent jusqu’au sperme est quelque part barrée.
Le monsieur va éjaculer son sperme lors des rapports sexuels, mais il n’y aura pas de spermatozoïdes dedans.

Si on prend les testicules comme une usine, l’usine fabrique la marchandise, mais la livraison est impossible par blocage de la porte de sortie de l’usine ou du chemin suivi par les camions de l’usine pour aller livrer. La marchandise existe, continue à être fabriquée, mais stockée ! Ce premier cas est plus facile à gérer.

Le médecin va chercher à savoir où se trouve le blocage puis il s’agira d’aller lever l’obstacle. On cherche à savoir si la personne n’a pas eu une intervention chirurgicale au petit bassin (hernie, hydrocèle notamment) car sans le savoir, on peut endommager ou attacher les voies de passage des spermatozoïdes. Si la réparation est impossible, on peut être amené à couper une petite partie du testicule pour en retirer des spermatozoïdes. C’est comme si on sautait la nuit par-dessus le mur de l’usine pour aller y prélever quelques marchandises et ressortir.
Par contre la deuxième cause d’azoospermie est plus sérieuse, car, même si on saute dans l’usine, on ne va rien trouver.

- deuxième cas,

Ici, la route entre la porte de sortie du testicule et le lieu de rencontre entre le spermatozoïde et le sperme est normale. Il n’y a aucun blocage, aucun barrage, la voie est libre, bien goudronnée. Donc, s’il n’y a pas de spermatozoïdes dans le sperme, c’est qu’il n’y a pas de spermatozoïdes dans le testicule. Autrement dit, ils ne sont pas fabriqués par les testicules. L’usine n’a jamais fonctionné ou bien a arrêté de fonctionner. Le médecin va alors chercher à comprendre pourquoi avant d’expliquer à l’homme, je dis bien expliquer à l’homme et non à la femme.
L’homme qui ne fabrique pas de spermatozoïdes, ça peut être inné ou acquis.
-  Quand c’est de naissance, soit l’homme n’a pas du tout de testicules (agénésie testiculaire), soit il en a, mais de taille anormalement petite (hypoplasie testiculaire).
-  Quand c’est acquis, ça veut dire que les testicules fonctionnaient normalement et entre temps ça ne fonctionne plus. La chair du testicule qui fabriquait les spermatozoïdes a été détruite. La destruction peut être due à un choc (coup de poingt, coup de pied, chutte, cornes de boeuf), par une infection (oreillons), lors de certains examens tels que la radiographie répétées et sans protection et de certains traitements. Dans ce cas où il n’y a pas du tout de production de spermatozoïdes, c’est carrément définitif.

Ya –t-il des facteurs de risques ?

Les facteurs de risques sont entre autres liés aux conditions normales qu’il faut pour que le testicule travaille normalement. Oui, un testicule normal doit avoir une température plus basse que celle du reste du corps. Quand cette température est supérieure ou égale à celle du corps, la fabrication des spermatozoïdes va diminuer jusqu’à s’arrêter.
Donc les facteurs de risque par rapport à ça, ce sont les hommes qui gardent leurs testicules trop au chaud ou trops souvent en contact avec la chaleur : cuisiniers, cyclistes, chauffeurs, forgerons, tailleurs, sportifs de haut niveau, boulangers. On leur conseille donc, à défaut de marcher nus, de trouver des conditions pour aérer les testicules, surtout quand ils sont à la maison. L’autre aspect d’azoospermie qu’il faut relever à part la chaleur, c’est le contact pendant longtemps de certains polluants : pesticides, engrais, plastics et autres.

Comment se fait le diagnostic ?

On procède par un examen du sperme. Pour faire un examen du sperme, normalement, il faut s’abstenir de tout rapport sexuel pendant trois à cinq jours avant l’examen. Il s’agit de recueillir le sperme dans une boîte pour le remettre au laborantin qui procède à l’examen pour vérifier ces éléments : s’il y a les spermatozoïdes ou pas, s’ils sont morts ou vivants.
S’ils sont vivants le laborantin dira s’ils marchent ou s’ils tournent en rond.
S’ils marchent, il faut qu’il précise s’ils dandinent, marchent en zigzag ou tout droit.
Il doit préciser également s’ils sont normaux ou pas à chacune des parties de leur corps (tête, cou et queue) : Grosse tête ? Petite tête ? Deux têtes ? Queue gondolée, courbée ? etc. Le laborantin nous donne tous les renseignements par rapport à la population des cellules contenues contenu dans le sperme car en plus des spermatozoïdes, on a par exemple les globules blancs, on a les autres cellules du testicule.

Traitement et prévention

Le traitement découle de la cause. Selon l’activité de la personne, on arrive à relier la cause possible pour adapter le message en termes de conseils.
Au jour d’aujourd’hui, quelqu’un qui n’a pas de spermatozoïdes du tout par destruction des sources de fabrication des spermatozoïdes dans les testicules, il n’y a aucun médicament pour faire renaître les spermatozoïdes.

Pour que ce couple ait un enfant, il y a plusieurs possibilités :
-  Soit quelqu’un donne son sperme pour qu’au laboratoire on enlève les spermatozoïdes du sperme pour et aller les déposer dans l’uterus de la femme, c’est ça l’insémination artificielle.
-  Ou bien on prend toujours le sperme de quelqu’un pour en retirer les spermatozoïdes, puis on enlève (par ponction) un ou plusieurs ovules de la femme et on met les spermatozoïdes en contact avec les ovule au laboratoire. La fécondation se fait ainsi au laboratoire dans une éprouvette (un tube). Au bout de 2 ou 3 jours, on prend le futur bébé et on va le déposer dans l’utérus de sa femme pour qu’il continue à grandir jusqu’à 9 mois. C’est la Fécondation in vitro. Il faut préciser que normalement, personne ne doit connaitre le donneur du sperme, c’est comme le don du sang.


-  Enfin, le couple peut aussi décider d’adopter un ou plusieurs enfants

Mais quand les testicules sont normaux mais le sperme n’arrive pas à sortir, on envoie le patient chez un urologue-andrologue qui va trouver la solution. Il peut l’opérer pour débloquer la route et ça marche.
Il peut aussi trouver qu’il est impossible de débloquer. Les spermatozoïdes sont là, mais on ne peut pas les faire sortir. Ce qu’on fait, on peut les prélever au niveau du testicule, aspirer les spermatozoïdes, les analyser. Si on trouve des spermatozoïdes mûrs, on peut prendre le seul spermatozoïde mûr et aller mettre dans l’ovule. C’est ce qu’on appelle injection intra cytoplasmique du spermatozoïde (ICSI) et ça peut donner une grossesse. Mais c’est coûteux.

Oligozoospermie

On parle d’oligozoospermie quand la quantité de sperme produit est moins de 1,5ml, mais supérieur à zéro. Un homme normal qui éjacule normalement doit produire au minimum 1,5 millilitre de sperme et au maximum 6 millilitres compris.

Asthénospermie

Elle désigne une anomalie du sperme affectant la mobilité des spermatozoïdes. Les spermatozoïdes sont fatigués à cause d’une infection le plus souvent, mais vivants.
Nécrozoospermie
C’est une affection du sperme qui se traduit par un nombre important de spermatozoïdes morts.

Causes

Pour l’oligozoospermie ca dépend. Certaines oligozoospermies sont dues au fait que la personne qui doit donner son sperme pour l’examen n’a pas respecté les conditions demandées. Pour faire un examen de sperme, il faut faire trois jours d’abstinence minimum. Certains font le rapport sexuel à 2h du matin et vont à 8h pour l’examen. Donc la production en termes de quantité va diminuer car la quantité du sperme est beaucoup plus due à la quantité de la sécrétion de la prostate. Le liquide provient de la prostate alors on ira rechercher la cause à ce niveau.

L’asthénospermie tout comme la nécrozoospermie est le plus souvent due à un microbe situé dans les voies productrices du sperme et qui attaque les spermatozoïdes, ou qui les tue. Ça peut être dû aussi aux malformations des spermatozoïdes dont on a parlées plus haut.
Traitement et prévention
Il faut identifier la cause en fonction du type de l’activité du patient et adapter la prévention par rapport à ça. Pour le traitement, on est plus à l’aise quand c’est une asténozoospermie due à une infection.
Dans le cas contraire, devant une asténozoospermie, si le laboratoire n’arrive pas à trouver quelque chose, on fait ce qu’on appelle un traitement d’épreuve, à savoir un traitement de présomption. Comme les spermatozoïdes sont fatigués et le laboratoire n’a rien trouvé, vu notre contexte, on connait à peu près les microbes qui peuvent être la cause. Alors on propose un médicament contre ces microbes et ça marche généralement. Mais il y a des situations où on ne peut nitraiter, ni par les médicaments africains, ni par la médecine moderne. C’est le cas où il n’ya pas du tout de spermatozoïdes. Il faut passer par les manipulations au laboratoire.


4371 vues

Messages

Un commentaire sur " Santé : Tout savoir sur l’infertilité masculine " ?
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

figure
figure