[]
  • Tél: +226 71 35 57 60
  • 01 BP 1330 Ouagadougou - Burkina Faso
  • Courriel : sogob-bf@yahoo.fr


Burkina : 1/3 des malades consultent pour des problèmes de désir de grossesse


On parle d’infertilité du couple, lorsqu’après un an de vie commune avec des rapports sexuels réguliers et sans contraception, aucune grossesse ne survient. Quelles sont les conditions à remplir pour qu’une femme soit féconde ? Docteur Alexis Yobi Sawadogo, gynécologue et maitre-assistant au service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction au CHU de bogodogo nous renseigne.

Docteur Alexis Yobi Sawadogo, gynécologue et maitre-assistant au service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction au CHU de Bogodogo

Conditions pour qu’une femme soit féconde

- Il faut d’abord qu’elle ait un utérus. Malheureusement il y a certaines femmes qui naissent sans utérus, dû à une malformation congénitale ;
- Il faut que l’intérieur de l’utérus soit perméable et que la cavité utérine soit sans anomalie et réceptive aux hormones ;
- Il faut que les trompes qui sont des canaux collés à l’utérus puissent être aussi perméables, puisque l’ovule et les spermatozoïdes passent par là. La trompe est importante parce que le début de grossesse se fait là-bas ;
- Il faut que la femme ait des ovaires qui fonctionnent bien ;
- Normalement chaque mois, la femme doit avoir des sécrétions gluantes comme la morve qui se fait au moment de l’ovulation. S’il n’y a pas ça, même si toutes les autres conditions sont réunies, la femme peut ne pas tomber enceinte parce que les spermatozoïdes doivent suivre la glaire pour remonter ;
- Il faut que la femme soit aussi préparée pour tomber enceinte, car son état psychologique compte.
- Certaines femmes ont des infections locales et au cours du rapport dès que l’homme éjacule, les spermatozoïdes sont tués par l’infection.
- En résumé les conditions pour une fécondation chez la femme sont :
une ovulation régulière, de qualité correcte,
des trompes bien perméables,
un appareil génital permettant les rapports sexuels complets, et donc le contact spermatozoïdes-glaire,
une glaire cervicale de bonne qualité,
une muqueuse utérine réceptive, propre à la nidation

Statistiques

Près d’1/3 de nos malades viennent consulter parce qu’ils ont des problèmes de désir de grossesse. Une étude faite en 2016 dans la ville de Ouagadougou par Somé E et collaborateurs avaient noté que le désir d’enfant représentait 26,55% des consultations et venait en 2ème position des motifs de consultation. La plupart du temps, c’est la femme qui vient la première en consultation. Mais quand on fait le bilan parfois la cause est mixte. Selon une étude qui avait été faite au Burkina, on s’est rendu compte que près du quart de la stérilité dans le couple vient de l’homme, l’autre quart la femme et les 50%, les deux.

Diagnostic

Nous faisons des examens cliniques pour voir s’il n’y a pas une cause évidente. Si on fait l’examen clinique et qu’il n’y a rien d’évident, c’est en ce moment que nous demandons des examens de laboratoire ou de radiologie. L’examen de radiologie chez la femme c’est souvent l’échographie qui permet de voir si l’utérus est là, s’il n’a pas de malformations ou de pathologies visibles. L’échographie ne permet pas de bien voir les trompes, sauf si elles sont malades. Un autre examen qu’on demande chez la femme, c’est une radiographie des trompes. C’est un examen qui se fait par l’injection d’un produit par le col pour voir si l’intérieur de l’utérus et les trompes n’ont pas de problème. Si après tout ça il n’y a pas de problèmes, des examens sanguins peuvent être demandés pour rechercher des causes au niveau central.

Souvent le couple a un enfant et après il n’arrive plus à concevoir

Ce sont des cas qui arrivent. Mais il est souvent important de relativiser. Il y a effectivement des cas où le couple avait eu un enfant il y a de cela quelques années et que pour des problèmes secondaires (infections mal traitées, certains traitements comme la chimiothérapie la radiothérapie, la chirurgie etc.) le couple n’arrive plus à concevoir. Dans d’autres situations, la paternité de l’enfant peut être en doute même si l’on sait que tout enfant né dans le couple appartient à ce dernier.

Traitement
Le traitement dépend de la cause identifiée. Par exemple, s’il n’y a pas suffisamment de glaire, il y a des produits qu’on prescrit pour améliorer la glaire. S’il y a un accolement de l’intérieur de l’utérus que nous appelons synéchie utérine, on peut tenter de décoller. Si ce sont les trompes qui sont bouchées à ses extrémités distales, parfois on peut faire une intervention pour les déboucher. Mais s’il n’y a pas d’utérus en cas de malformation congénitale, on y peut rien.


526 vues

Un commentaire sur " Burkina : 1/3 des malades consultent pour des problèmes de désir de grossesse " ?
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

figure
figure